Le GR®34, favori des randonneurs

Parmi les sentiers de Grandes Randonnées en France, c’est à la Bretagne que va la préférence des pratiquants. Le GR®34, ou sentier des douaniers, a remporté les suffrages et a été élu GR® préféré des français en 2017 et 2018 (tronçon de Locquirec à Saint-Pol-de-Léon). Cet itinéraire qui relie le Mont-Saint-Michel à Saint-Nazaire fait le tour complet de la côte de Bretagne en 2000 km.

Les acteurs du tourisme en Bretagne ont mené une enquête pour connaitre la fréquentation du GR® et ses retombées économiques sur l’année 2018, au moyen de 49 compteurs automatiques installés sur le trajet.

Petite histoire du GR®34

Le GR®34 a fêté ses 50 ans en 2018. C’était un des sentiers de randonnée pionniers, l’un des premiers à être marqué des deux traits rouge et blanc, balisage des chemins de Grande Randonnée. A l’origine, le sentier des douaniers a été mis en place dans l’objectif de lutter contre la contrebande et les commerces illégaux au 17e siècle, suite à l’instauration de la taxe sur les marchandises. Au XXe siècle, ce sentier de surveillance perd son utilité première et tombe à l’abandon. Il sera tiré de cet oubli par la Fédération Française de randonnée pédestre en 1968.

Le GR®34, c’est un formidable sentier faisant le tour complet d’une région, la Bretagne. La randonnée part de la Manche et termine en Loire Atlantique, mais sillonne entre temps l’intégralité des côtes des 4 départements bretons : 116km en Ile et Vilaine, 438 km dans les Cotes d’Armor, 910 km dans le Finistère, 412 km dans le Morbihan.

Typologie des randonneurs

Les randonneurs du GR®34 sont pour 61% des habitués de la marche à pied, qui pratiquent en moyenne une fois par semaine.

On découpe la population de randonneurs du GR®34 selon 4 motifs de randonnée : le loisir (67%), le sport, c’est-à-dire course, trail, marche nordique… (26%), l’itinérance (4%) et l’utilitaire (3%).

  • Touristes et excursionnistes

Parmi les randonneurs de loisir sur le GR®34, 90% sont français. 40% d’entre eux sont même des excursionnistes, c’est-à-dire des bretons qui font l’aller-retour depuis leur domicile dans la journée. Ce sont des réguliers, qui vont marcher presque tous les week-ends. Pour ces excursionnistes, la randonnée fait une moyenne de 10,8 km et emprunte le même trajet à l’aller et au retour. Il reste que tout de même 12% des randonneur marchent entre 3 et 4h par jour.

Pour ce qui est de la population étrangère de touristes, les allemands et les belges sont les plus représentés. Il est intéressant de noter que seuls 0,7% d’entre eux ont eu recours aux services de Tour Operateurs et agences de voyages, les autres ayant préparé seuls leur séjour.

Au niveau de l’hébergement, les randonneurs de loisir dorment à 74% dans des hébergements marchands (gîtes, hôtels, campings, chambres d’hôtes…)

 

  • Itinérants

Les itinérants sont ceux qui partent plusieurs jours de suite en randonnée, en passant la nuit sur le trajet. Ils représentent 4% des randonneurs, ce qui est tout de même un poids conséquent dans la fréquentation du GR®. Parmi les itinérants, on trouve cette fois-ci 15% d’étrangers.

Ils restent sur le GR® pour environ 10 jours. La moyenne de marche par jour passe à 4h10, mais 21% des itinérants marchent plus de 6h par jour. Ils dorment cette fois à 94% dans des hébergements marchands, en privilégiant la réservation à la nuitée.

41% d’entre eux sont des récidivistes, qui ont déjà randonné au moins une fois sur le GR®34. La taille conséquente du GR® permet en effet d’y revenir plusieurs fois en découvrant d’autres tronçons. Les autres randonnées en France pratiquées par ces itinérants sont le GR®20 en Corse, le chemin de Compostelle, le chemin de Stevenson, le GR®5 dans les Alpes et le GR®10 dans les Pyrénées.

Les paysages bretons, critère n°1 des randonneurs du GR®34

Si le GR est aussi fréquenté, c’est d’abord pour la richesse naturelle de la Bretagne, et la découverte de la nature, du littoral et des paysages. Le sentier presqu’entièrement maritime, avec vue constante sur la mer qui change en fonction des endroits de la côte bretonne, offre aux randonneurs une multiplicité de paysages grandioses entre baies, presqu’îles, falaises, landes, côte sauvage, plages, forêts, dunes ou berges.

La distance conséquente du tour de Bretagne (2 000 km) permet aux randonneurs de faire durer le plaisir en revenant sur d’autres tronçons d’année en année, ce qui fidélise la clientèle touristique. Plus globalement, la Bretagne tout entière est une terre de promenade, y compris en dehors du GR.

Périodes de fréquentation : été et vacances scolaires

Le plus gros pic de fréquentation du GR® se situe mi-août, avec 43000 randonneurs par jour, ce qui totalise 19% de la densité de population annuelle. Il suit cependant de près le pic précédent qui commence fin avril et atteint son sommet sur la deuxième quinzaine de mai avec 39 000 passages par jour.

La fréquentation reste élevée la première quinzaine de septembre et décroit ensuite pour resurgir au moment des vacances de la Toussaint, fin octobre, avec en moyenne 24 000 randonneurs par jour. En dehors de la période estivale, on constate un sursaut de fréquentation logique sur chaque période de vacances : fin octobre (Toussaint), fin décembre (Noël), fin février (vacances d’hiver) et au mois d’avril (Pâques).

Les retombées économiques du sentier

Au niveau économique, le GR® est un atout majeur pour le territoire. Un touriste français y dépense en moyenne 49€ par jour, 73€ pour les étrangers.

Ce panier touristique est encore accru pour ce qui concerne les itinérants, qui dépensent 61€ par jour par personne, dont 5,5€ sur le sentier. Avec des retombées économiques globales de 202 millions d’euros sur le territoire, le GR®34 représente un fort potentiel pour la Bretagne !

Credit Photo : F. Guiziou/hemis.fr

EN SAVOIR PLUS

SOURCE : retrouvez l’étude menée par les acteurs du tourisme en Bretagne ici

Contactez-nous

Contactez-nous par email nous vous répondrons au plus vite

Peu lisible ? Changer de texte. captcha txt