Tourisme équilibré : Désengorger les villes au profit des campagnes

L’essor rapide et récent du tourisme a engendré des déséquilibres dont on commence à percevoir les effets négatifs sur le territoire. Ces débordements peuvent être évités en jonglant avec les flux pour pas se laisser dépasser par la densité de population touristique effrayante de certaines régions, qui frisent le cauchemar du surtourisme et la désertification des zones rurales. Il faut noter qu’en France, le tourisme se concentre à 80% sur 20% du territoire. Certaines destinations sont sur-exploitées tandis que d’autres sont délaissées.

Quelles solutions pour prévenir les effets néfastes d’un tourisme non maîtrisé ? L’enjeu actuel des destinations est de créer ou maintenir l’équilibre entre zones populaires et zones méconnues de leur territoire. Désengorger les villes et zones à forte concentration, c’est ouvrir le spectre des possibilités de séjour à d’autres destinations situées sur le même territoire. En bref, libérer les destinations populaires, élargir le périmètre de leur zone touristique, ou… en proposer une autre.

On peut étudier deux formes principales de répartition du tourisme sur le territoire.

La décentralisation vers la périphérie, ou l’élargissement de la zone touristique.

C’est la solution la plus adaptée à une action locale : elle consiste à maintenir le site phare comme cœur du tourisme local, mais invite la population touristique à étendre sa visite à d’autres points d’intérêt suffisamment éloignés de ce dernier pour lui permettre de respirer. Cela revient à faire de la zone de concentration un pôle de rayonnement touristique et non un objectif final du tourisme local. En pratique, il s’agit ici de multiplier progressivement les centres d’activité touristique, de proposer de nouveaux pôles attractifs en périphérie afin de répartir le volume de tourisme entre ces différents sites. C’est le projet de Venise par exemple, qui développe un pôle d’attraction dans le quartier excentré de Mestre en y construisant un musée multimédia de qualité, pour faire rentrer ses visiteurs à l’intérieur des terres et fluidifier ainsi ses canaux.

La déconcentration vers les zones rurales, ou la proposition de nouvelles destinations sur le même territoire.

La région peut adopter une démarche d’expansion plus radicale en proposant à sa clientèle touristique la visite d’autres lieux moins fréquentés comme alternative aux zones trop concentrées. La proposition s’ancre dans une offre valorisée de manière plus stratégique, axée sur des propositions qui diffèrent de celles des zones fortement touristiques. Par exemple, l’authenticité de la zone encore préservée, les randonnées à faire dans les environs, l’accueil de ses habitants, la découverte de ses paysages ou de ses villages de charme. Le tourisme expérientiel se développant à toute allure, rien d’étonnant à proposer à ses clients de passer quelques jours dans une région plus reculée hors des sentiers battus. L’offre d’itinérance fait partie des solutions les plus prisées pour développer ce retour à la nature, au séjour en autonomie et au parcours de découverte des endroits les plus méconnus du territoire. En Catalogne, débordée par le tourisme de fête à Barcelone, l’intérieur des terres est superbe, et l’asphyxie de sa capitale imminente. Consciente de cet enjeu, la région a décidé de recourir à cette solution de tourisme itinérant pour faire connaitre ses campagnes aux touristes et les répartir plus largement entre Barcelone et le reste du territoire.

Credit Photo : Yves Talensac/Photononstop

ALLER PLUS LOIN

DOSSIER THEMATIQUE  : vers un tourisme raisonné

Contactez-nous

Contactez-nous par email nous vous répondrons au plus vite

Peu lisible ? Changer de texte. captcha txt